La valeur globale de l’industrie de la musique électronique a chuté de 54% en 2020 | DJMAG France - Suisse - Belgique

Le nouveau rapport annuel de l’IMS dresse le bilan contrasté d’une année 2020 marquée par les conséquences de la crise sanitaire.

C’est un rapport qui était particulièrement attendu. Comme chaque année, l’IMS Business Report est l’occasion de dresser un état des lieux de l’industrie de la musique électronique et de mieux saisir les tendances et évolutions qui la traversent. Si d’habitude ce rapport est révélé au cours de l’International Music Summit à Ibiza, crise sanitaire oblige c’est une nouvelle fois en ligne que la présentation a été menée.

De cette présentation animée par le data analyst David Boyle (qui est désormais en charge de la rédaction du rapport), on retiendra un chiffre clé : 54%. Soit la baisse de la valeur globale de l’industrie de la musique électronique qui passe en un an de 7,4 milliards de dollars à 3,4. L’industrie n’avait pas connu une valeur aussi basse depuis près d’une décennie. Cette chute vertigineuse s’explique bien évidemment par la pandémie et notamment ses conséquences sur le monde de l’évènementiel et de la musique live. En 2020, ce sont en effet plus de 200 festivals électroniques dans le monde qui ont été contraints d’annuler ou de reporter leur édition. L’IMS estime ainsi que le marché des festivals et des clubs a perdu plus de 78% de sa valeur au cours de l’année dernière, soit une perte de 3,4 milliards de dollars.

Pour autant, derrière ce constat David Boyle note aussi du positif. Le rapport souligne par exemple que le marché de la dance music aux Etats-Unis reste relativement stable (compte tenu de l’absence des clubs et festivals qui contribuent à amplifier les hits), passant de 3,6% de l’ensemble des musiques enregistrées à 3,2%. Dans d’autres régions du monde, ce marché connait même une hausse. C’est notamment le cas de l’Allemagne qui a profité du succès de tubes dance-pop d’artistes locaux comme Topic, Robin Schulz ou Felix Jaehn. Parmi les gagnants de l’année 2020, on peut également souligner la hausse des ventes de vinyles (plus 24%) ou celle des ventes réalisées sur Beatport (33%). A noter d’ailleurs que pour la cinquième année de suite, la techno reste le genre qui domine la plateforme de référence en matière de téléchargements.

Surtout, loin d’être défaitiste l’IMS Business Report 2021 est empli d’espoir pour l’avenir des musiques électroniques. David Boyle montre par exemple qui si le hip-hop reste toujours le genre dominant dans le monde, ce marché semble atteindre un plateau et commence même à décliner dans certaines régions. Ce qui pourrait ainsi permettre à la dance music de connaitre un rebond et de mieux revenir sur le devant de la scène. Ce rebond est aussi prêt à se produire du côté des clubs et festivals. Preuve en est, la valeur de l’ensemble des tickets de festivals vendus en mars 2021 était supérieure de 123% à ce qu’elle était en mars 2019 et elle dépassait déjà la valeur de l’ensemble des tickets de festivals vendus sur l’intégralité de l’année 2020. Reste désormais à confirmer ces signes encourageants et espérer que l’industrie de la musique électronique puisse retrouver au plus vite son niveau d’avant la crise.

Articles en relation

Commentaires