Les 10 tracks du premier album de… Boston Bun | DJMAG France - Suisse - Belgique

Boston Bun décortique pour nous les 10 titres de son tout premier album : ‘There’s a Nightclub Inside My Head’.

Vous avez désormais l'habitude de retrouver chaque semaine sur DJ MAG la sélection des 10 tracks du moment de producteurs comme Fakear, La Fine Equipe ou encore Coopex. Aujourd’hui, c’est une variante un peu particulière que nous vous proposons, à l’occasion de la sortie du premier album de Boston Bun : ‘There’s a Nightclub Inside My Head’, un long format de pile 10 titres qui montre toutes les facettes de la house chère à l’ancien protégé de l’écurie Ed Banger, et dont il nous décortique aujourd’hui la tracklist.

Love U Better

Ce morceau est l’exemple parfait de la mise en oeuvre de cet album. Je parcourais toute la musique que j'avais enregistré ces deux dernières années, et j’ai retrouvé ce vocal incroyable d’une session avec MNEK. Je voulais à tout prix l’incorporer à l’une de mes productions, mais ça ne marchait sur aucune existante. J’en attendais tellement de ce hook que ça m’a complètement bloqué. Mais les conditions de 2020 ont fait en sorte que je décide d’oublier toute sorte d’attente précise sur un morceau et de simplement faire de la musique que j’aimais bien. En toute honnêteté, la première version de ce track contenait un vrai « drop ». Après l’avoir écouté non-stop pendant une semaine, j’ai réalisé que, parfois, un drop peut ruiner toutes les émotions d’un morceau. Ça m’a brisé le coeur. Je suis donc retourné au studio, j'ai incorporé un filtre sur les drums pour garder l’essentiel: cordes, voix et violons. Après ce changement de direction, je me suis senti libéré et un peu obsédé par ce sentiment de musique club « intime ». Je voulais prendre tous les éléments de la culture club qui font partie de moi depuis des années afin de les tourner en quelque chose de plus intime et personnel.

Your Body your Mind

Faire un morceau de piano house est sûrement l’un des exercices les plus compliqués. Ça a déjà été fait des milliers de fois et il y a des règles strictes sur ce genre de morceau. Alors, j’ai testé quelque chose d’un peu différent. J’ai travaillé sur ce morceau avec Julian Getreau, pianiste jazz bourré de talent. Je voulais un morceau à la fois pur et très classe: un piano classe sur une basse 808 dure. J’adore travailler avec Julian parce qu’il est vissé derrière son Rhodes et joue des vingtaines d’accords progressifs en… 10 minutes. Quand tu n’es pas un « vrai » musicien comme moi, c’est un pur bonheur de travailler et éditer ses prises. J’ai enregistré la voix de ma femme pour le refrain et je l’ai envoyé à Soundtoys Alterboy pour avoir cet effet. Ça m’a fait penser à un morceau de Green Velvet et j’ai eu l’idée d’enregistrer ce cowbell melody que tu entends dans la chanson. Je pensais que 'Millie Vanillie' de Green Velvet avait une cowbell melody, mais j’avais complètement halluciné en fait ! Bref, je suis pressée de jouer ce track dans un vrai club. 

So Good So Nice So Bright

Je suis un grand fan de Fingers, Inc et ce morceau est une déclaration d’amour. Le groove, la mélodie et l’atmosphère. Les drums de Fingers, Inc ont toujours beaucoup de reverb ou d’écho qui me donnent ce sentiment d’un club de Chicago à moitié vide. Je voulais amener cette sensation dans ce morceau. Les éléments sont à peu près les même tout le long du morceau, sans réelle ligne de basse mais avec un kick vraiment punchy. Je savais qu’il y avait besoin d’un petit plus, quelque chose d’inattendu. C’est pourquoi après 4 minutes d’écoute, on est récompensé par le solo de trompette. Complètement inspiré du morceau d’Outkast 'SpottieOttieDopaliscious', pour ceux qui s'en souviennent. C’était assez compliqué à enregistrer car malheureusement je ne joue pas de trompette. Les sons proviennent d’une bibliothèque de samples que j’ai coupé et édité durant des heures et des heures pour arriver à ce résultat.

Stay Around 

Un morceau très spécial pour moi. A peu près 153bpm et des 909 footwork toms tout du long, avec un Rhodes soft enregistré au studio de Jeremy Chatelain. Certains vont peut-être être surpris par ce morceau, mais voici la petite histoire: j’avais déjà produit un morceau avec Jodie à un bpm très élevé pour l’émission Annie Mac Specials il y a quelques années. Ça s’appelait 'Banana' et il n’y a jamais eu de sortie officielle, mais vous pouvez toujours le trouver quelque part sur Internet. Quand on est retournés en studio avec Jodie, ça faisait sens de garder cette énergie. Je suis vraiment fier de cette décision car j’adore la manière dont le morceau paraît évident et fait sans effort. On a beaucoup parlé de « magie » qui se passait au studio et ce morceau est, pour moi, le meilleur exemple de cela.

?‘99 

Pour être parfaitement honnête, je n’avais jamais envisagé sortir un album un jour. Je me suis toujours senti à l’aise en sortant des singles et des EPs. '’99' est ce que j’appelle un « album track ». Un morceau qui relie deux parties d’un album. Je suis vraiment content d’avoir trouvé une place pour ce morceau et de le sortir. C’est clairement l’un de mes préférés sur l’album, mais je ne sais pas vraiment pourquoi. Ecoutez ce morceau avec votre casques/vos écouteurs, fermez les yeux et allongez-vous par terre. Je vous jure, ça vaut le coup ! 

Whenever You’re Ready’

'WYR' est le morceau qui m’a mis en confiance et fait réaliser « ok, je crois que j’ai un album ». J’ai passé beaucoup de temps sur celui-ci, surtout sur les sons du Rhodes que j’ai enregistré avec mon ami David Spinelli. Je voulais que ce soit aussi naturel et émotionnel que possible. Le Rhodes est assez free tout du long, il y a un overdrive par-ci par là et parfois un high filter, mais tout ça a l’air d’être une unique prise. Il y a beaucoup de textures tout le long du morceau et trois traitements vocaux différents sur la voix de Victoria, avec trois phasers différents qui accordent et harmonisent l’ensemble.  

Skit’ 

Les voix que vous entendez proviennent d’une vidéo d’un bateau de touristes qui regardent un glacier fondre quelque part au Pôle Nord. Chaque fois qu’il y a un gros morceau de glacier qui tombe à l’eau, une énorme vague arrive vers le bateau. On peut entendre une femme assez anxieuse et le guide dire au groupe que c’est ok et qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Mais les vagues deviennent de plus en plus grosses et la femme de plus en plus stressée. Le guide reste calme et continue de dire que tout va bien. Vous pouvez l'interpréter comme vous le souhaitez, j’ai juste trouvé la vidéo super poétique. 

BBB 

L’idée derrière ce morceau était d’allier un accord de violon assez romantique sur un beat de house. J’ai travaillé avec Julian Getreau et on a essayé de pousser le côté romantique aussi loin qu’on pouvait. J’ai rajouté un choeur et une harpe pour un effet plus soyeux. Pour une grande partie de l’album, j’ai joué avec des filtres sur différents éléments. Comme tu peux le faire pendant un DJ set. J’ai adoré ce qu’il en est sorti. Tu peux vraiment ressentir les émotions qui arrivent au fur et à mesure à travers les beats et la rough bass. J’ai utilisé un plug-in qui s’appelle FilterShaper par Cableguys, c’est une sorte de cheap plug-ins où les utilisateurs peuvent partager leurs pre-sets et on peut vraiment y trouver quelques pépites.

Nobody But You

J’ai beaucoup à dire sur 'NBY'. La top line vient d’une incroyable session avec Emily Phillips & Jonny Hockings. Je sais que ce n’est pas toujours simple de faire des sessions avec moi parce que je n’attends pas la chanson classique avec un couplet, pré-refrain et refrain. Je suis à la recherche de la phrase juste et des bons mots qui vont m’émouvoir. Et leurs paroles m’ont transcendé. C’est exactement ce pourquoi je fais ce métier. Je veux que vous, les auditeurs, écoutiez un message, sentiez toutes les émotions mises dans ce track et que vous le mélangiez à vos propres émotions pour créer votre propre histoire. Je suis vraiment fier de ce morceau. 

Spinning Around’  

Je voulais refermer cet album de la même manière que je l’ai ouvert. Totalement filtré/épuré. Il y a des jours où je me réveille et je déteste les drums. J’ouvre les projets sur lesquels je travaille et j’enlève toutes les drums. Et c’est exactement ce qu’il s’est passé avec celui-ci. Les voix de Sylvie Kreusch sont si pures, je voulais vraiment que les auditeurs s’immergent dans sa voix. C’est important d’écouter la musique que l’on fait parfois et de se laisser guider par la musique, au lieu de chercher à tout contrôler. 

Articles en relation

Vidéos en relation

Commentaires