Test : Arturia V Collection 8 | DJMAG France - Suisse - Belgique

La dernière suite de synthés légendaires signée Arturia sur le banc d’essai de DJ Mag !

Est-il encore nécessaire de présenter Arturia ? Pour les nouveaux venus, rappelons que cette entreprise (française !) est l’une des plus respectée et appréciée par les producteurs du monde entier, aussi bien pour ses produits hardware que software. L’annonce d’une nouvelle V Collection est toujours un évènement car elle met à votre disposition un arsenal capable de couvrir tous les styles musicaux possibles et imaginables. 599€ pour 28 plug-ins et plus de 10.000 presets, ça vaut le coût ?

Installation

Une fois votre compte Arturia créé, il vous suffit de récupérer vos identifiants et de vous logger sur l’application Arturia Software Center pour trouver vos produits qui vont se télécharger et s’installer depuis le soft en quelques clics. Simple et efficace, ce Service Center est un réel confort au moment de l’étape souvent fastidieuse de l’installation ou des mises à jour. Interface Les 28 instruments à votre disposition partagent une interface commune revue et corrigée pour être encore plus intuitive et efficace, ce qui vous permettra d’être rapidement à l’aise avec tous les produits de cette collection. Une nouveauté très appréciable se trouve dans l’arrivée de tutos (en anglais) dans chaque plug-in pour mieux les comprendre et les appréhender.

Interface

Les 28 instruments à votre disposition partagent une interface commune revue et corrigée pour être encore plus intuitive et efficace, ce qui vous permettra d’être rapidement à l’aise avec tous les produits de cette collection. Une nouveauté très appréciable se trouve dans l’arrivée de tutos (en anglais) dans chaque plug-in pour mieux les comprendre et les appréhender.

 

Reprenons ici en profondeur les 4 nouveautés que nous apporte cette huitième V Collection (que nous abrègerons VC8) ainsi que ses mises à jour majeures.

ANALOG LAB V

Avant de parler des synthés, il est important de noter qu’Analog Lab V a été affiné, repensé, et vous permet de naviguer et d’éditer vos sons au travers de toute votre V collection depuis une seule et unique interface. Un gain de temps phénoménal pour tout artiste qui chercherait un son sans vouloir le grain précis d’un synthé. Ajoutez à cela que les effets ont été améliorés et l’on est pas loin d’un outil absolument indispensable.

JUP-8 V

Commençons par l’énorme mise à jour de cet émulation du mythique Jupiter-8 de Roland qui arrive ici en V4. En le comparant à l’ancienne version, les changements sont immédiatement visibles, à commencer par le design. Le gris est plus foncé et chaque élément a été redessiné pour donner un résultat global plus réaliste et plus lisible. Les positionnements de certaines sections ont également été déplacés. Mais c’est au registre du son que le changement est le plus marquant. Tout d’abord, si vous possédez les deux plugs, vous constaterez qu’ils ne partagent plus aucun preset (et ceux de la V3 ne fonctionneront pas sur la V4) ! En effet, cette V4 n’a pas été seulement remodelée de l’extérieur, mais aussi à l’intérieur ! Le plug semble avoir été recréé de A à Z et la différence est assez marquante avec plus de grain, plus d’épaisseur et de profondeur dans le son de cette V4. Vous pouvez facilement le ressentir en comparant des presets différents, mais si vous créez les mêmes réglages avec les deux, cela deviendra totalement évident. Le plug est plus pêchu, plus brillant, et sonne plus gros que dans la V3. Si vous êtes un utilisateur assidu de la V3 ou un fan du son Jupiter, cette mise à jour pourrait à elle seule vous inciter à basculer vers la V4 et/ou la VC8, en prenant bien compte que vous ne pourrez retrouver ni les anciens presets du synthé original ni les vôtres créés avec la V3. Mais le nouveau moteur audio mérite vraiment l’upgrade.

STAGE 73 V

Reproduction du piano électrique Fender Rhodes, cette V2 du Stage 73 améliore le design, le moteur audio et la section d’effet qui a été approfondie. Là aussi, les presets sont 100% nouveaux et remplacent les anciens. La comparaison avec la V1 crée une différence bien moins flagrante qu’avec le JUP-8 mais le son parait plus clair et les presets de meilleure qualité. Pas forcément le premier instrument auquel on pense pour produire de la musique electro/clubbing, ce piano électrique a tout de même le mérite d’être inclus dans cette VC8 et il sonne plutôt bien. Passons maintenant aux nouveaux venus dans cette V Collection 8 !

Emulator II V

Ce sampler crée par EMU est hérité des 80’s et fonctionnait.. à disquette ! On retrouve même une souris et un écran car, à l’époque, vous pouviez éditer les sons via un logiciel séparé du synthé ! Aujourd’hui, tout est à votre disposition en quelques clics. Le travail de reproduction est de très bonne qualité et vous risquez d’être surpris du nombre de presets qui vont vous sembler familier. Petit coup de cœur pour la reproduction du Shakuhachi (dont le preset porte le même nom), le résultat est bluffant et n’aurait sans doute pas déplu à Ennio Morricone qui savait si bien rendre les flûtes magiques.

OB-Xa V

Sorti un peu avant cette VC8 mais nouveau dans la collection, l’OB-Xa est la reproduction du célèbre synthé d’Oberheim du même nom sorti en 1980 et utilisé par Jean-Michel Jarre, Depeche Mode, Van Halen ou Prince. Si vous ne l’aviez pas découvert à sa sortie, sachez que cette reproduction permet de retrouver le grain old school / vintage de l’original tout en bénéficiant d’ajouts comme un Unison à 8 voix, une polyphonie à 16 voix, une section modulation évoluée et une section d’effets. Certains presets portent même les noms de certains des morceaux les plus emblématiques de l’Oberheim original comme “Jump” ou “1999”, joli clin d’oeil !

VOCODER

Reproduction du Vocoder Moog, cet instrument est une vraie bonne surprise d’Arturia qui a additionné un synthé aux capacités originales du vocoder. Qui dit Vocoder pense très rapidement aux Daft Punk, mais la seconde réflexion est souvent de réaliser qu’il va falloir poser sa voix pour l’utiliser ! Cela peut être fastidieux voir inenvisageable pour certains d’entre nous. Arturia a apporté une solution en contournant le problème de manière complètement géniale en créant des presets qui incluent déjà des samples, ce qui signifie que vous disposez de centaines de voix vocodées ! Cela rend ce vocoder utilisable immédiatement en plus d’être très inspirant. Vous pouvez en effet découvrir ses possibilités immédiatement et prendre conscience qu’il n’est pas uniquement cantonné à l’utilisation vocale. Il peut également servir sur tout type d’instrument et même des drums ou FX.

JUN-6

Sans doute la nouveauté la plus marquante de cette VC8, le JUN-6 est la reproduction du célèbre Roland Juno 106, synthé polyphonique 6 voix sorti en 1984 et utilisé notamment par Vangelis ou Daft Punk. Beaucoup plus simple d’utilisation que le Jupiter à l’époque de sa sortie, il a toutefois marqué l’histoire grâce à son chorus que l’on retrouve ici complètement boosté. Ce dernier avait même été recréé indépendamment par Arturia sous le nom de Chorus JUN-6 et vous le retrouvez ici dans son écrin d’origine. Étonnamment, à l’écoute de ce plug, si le son et les presets ont une petite couleur qui peut rendre nostalgique, on a tout de même l’impression d’avoir quelque chose d’analogique et de moderne dans les oreilles. Ce n’est pas comme si on avait un son old school qui pourrait servir ou être retravaillé, mais plutôt la sensation d’avoir des sons intemporels, que l’on a certes déjà entendus mais qui ne vieillissent pas et qui, pour certains, reviennent même sur le devant de la scène. Une vraie belle surprise avec ce synthé qui a en plus le mérite d’être plus simple d’utilisation et d’aspect que le JUP-8 par exemple, il sera donc beaucoup plus accessible pour les débutants.

Enfin, l’ensemble est livré avec la banque de sons Patchworks (d’une valeur de 99€ seule) qui vous permet de découvrir au travers de plus de 700 presets supplémentaires que cette V Collection 8 va bien au-delà du passé qu’elle recrée à merveille. En effet, vous aurez à votre disposition des sons calibrés pour des productions old school, actuelles ou plus avant-gardistes. Preuve s’il en est que le potentiel de cette collection n’a pas d’autre limite que votre imagination.

Conclusion

Si vous êtes déjà utilisateur de l’excellent Pigments ou de l’Analog Lab, il n’est pas vraiment difficile de vous convaincre que cette V Collection 8 vous offrira un élargissement sans limite des possibilités qui vous sont déjà offertes ! Si vous n’avez pas encore goûté à la qualité des plug-ins Arturia, nous vous conseillons vivement d’aller y jeter une oreille via des extraits ou en téléchargeant les démos, vous ne risquez pas d’être déçu ! Alors certes, le tarif a augmenté de 100€ pour cette nouvelle version mais vous disposez de quatre nouveaux plugs (vendus 199€ chacun séparément!) et de deux mises à jour majeures. Si on divise le prix d’achat au nombre de plug-ins fournis, vous allez payer 21€ pièce les recréations de synthés légendaires vendus parfois plusieurs milliers d’euros ! Difficile de faire la fine bouche et de ne pas se laisser tenter… Une offre vient de débuter en mars qui vous permet d’acquérir le tout à 349€ et à ce prix là il n’y a plus aucune discussion possible, vous pouvez foncer.

Page officielle : https://www.arturia.com/products/analog-classics/v-collection/overview

Articles en relation

Vidéos en relation

Commentaires