Laurent Garnier adresse une lettre ouverte à la ministre de la Culture | DJMAG France - Suisse - Belgique

Dans un long texte publié sur son site, le DJ français dénonce le manque de considération accordée au monde de la nuit.

« Chère madame la ministre de la Culture, c’est étrange, mais à la fin de votre discours le 22 octobre dernier sur France 2, j’ai eu la fâcheuse impression de ne pas avoir été concerné par vos annonces ». C’est avec ces mots forts que Laurent Garnier ouvre sa lettre ouverte publiée sur son site. Le DJ, figure incontournable des musiques électroniques en France, y interpelle Roselyne Bachelot qui annonçait la semaine dernière une aide de 115 millions d’euros dédiés au spectacle vivant et au secteur cinématographique. Mais comme le souligne l’ Officier des Arts et des Lettres et Chevalier de la Légion d’honneur, le monde de la nuit semble totalement oublié de ce plan d’aide massif. « L’espace culturel de la nuit a lui été totalement ignoré ».

A travers ce texte, Laurent Garnier vient ainsi s’interroger sur la politique menée par le ministère de la Culture et dénonce plus largement le manque de considération accordé par ce dernier au secteur de la nuit. Il est d’ailleurs bon de rappeler que Roselyne Bachelot en personne a déclaré a plusieurs reprises que le monde de la nuit ne dépendait pas de son champ d’action mais de celui du ministère de l’Intérieur. Or, Laurent Garnier souligne à juste titre que « comme les théâtres, les cinémas et les salles de spectacle, les clubs emploient (hormis les artistes et DJ’s qui s’y produisent) la même pléiade de personnels divers et variés que dans le reste du paysage culturel ».

Surtout, le DJ s’alerte sur la situation économique de ce milieu particulièrement touché par les conséquences de la crise sanitaire. « Pour nous la fête est terminée, et ce depuis maintenant huit longs mois ». Contraints à la fermeture forcée, selon le Syndicat National des Discothèques et des Lieux de Loisirs plus de 300 établissements auraient d’ailleurs déjà déposé le bilan. Et en l’absence d’une réelle politique d’aide, ce bilan pourrait encore s’alourdir. De quoi dresser un constat plus que pessimiste sur la prise en compte de la situation par la ministre de la Culture. « J’avoue qu’aujourd’hui, ne sachant plus très bien si je suis un « artiste du spectacle mort » un « artiste de l’intérieur », ou « pas un artiste du tout » je commence à avoir de sérieux doutes » conclue ainsi Laurent Garnier.

Retrouvez l’intégralité de la lettre ouvert de Laurent Garnier sur son site.

Articles en relation

Commentaires