Interview : Faul & Wad | DJMAG France - Suisse - Belgique

Sept ans après le tube ‘Changes’, le duo français est de retour avec un nouveau hit estival à souhait.

En 2013, on découvrait Faul & Wad avec ‘Changes’. Un morceau fédérateur qui, notamment grâce à sa reprise dans une publicité pour la marque Mercedes, s’imposait alors comme un tube dans le monde entier. Véritable phénomène, le titre a depuis dépassé les 300 millions de streams et a même décroché un disque de platine dans trois pays. Mais sept ans plus tard, Faul & Wad semble décidé à s’éloigner de la formule tropical house qui a bâti sa réputation. Sans pour autant mettre de côté sa science du hit, le duo français désormais signé chez Ultra Music s’aventure du côté de la tech-house et de la house. Illustration parfaite avec leur nouveau single ‘Oye Como Va’. Car pour l’occasion, les deux producteurs ont transformé le morceau original de Santana en un tube estival qui donne instantanément envie de danser.

Comment allez-vous et comment vivez-vous cette période si particulière ?

Nous allons bien malgré cette étrange période... On a été formé pour vivre en confinement depuis qu’on produit de la musique en studio (rires). Le plus compliqué pour nous c’est de ne pas pouvoir voyager et jouer notre musique à travers le monde. Nous avions de gros festivals et des open-airs qui ont tous été reportés à l’année prochaine comme Dance Valley et bien d’autres.

Est-ce que vous arrivez toujours à être créatifs malgré le contexte actuel ?

Habituellement on produit notre musique chez nous et rarement sur la route ou en tournée. Notre créativité on la puise dans notre quotidien, nos voyages, nos rencontres. Et dernièrement c’est vrai que ces sujets n’ont pas été d’actualité. On peut s’inspirer d’émotions, de vécu ou même de rêves donc le contexte actuel a rendu tout le monde un peu plus solitaire pendant une certaine période et cela a affecté la créativité de façon inconsciente. On continue de créer mais on doit le faire différemment. 

Vous venez de sortir votre nouveau morceau 'Oye Como Va'. Comment vous est venu l'idée de ce titre ?

Nous avions prévu un été dansant, ensoleillé et rythmé mais il faut croire que le destin en a voulu autrement (rires). On voulait produire un titre qui donnaient envie de chanter, danser et faire la fête. Quand on a créé ‘Oye Como Va’ on rêvait de voyage à Puerto Rico, Cuba. Ce titre était aussi destiné pour les clubs, festivals et Ibiza mais avec ce virus ces endroits ne sont toujours pas ouverts et risquent fortement de ne pas ouvrir avant 2021 malheureusement.

'Oye Como Va' reprend le célèbre titre éponyme du groupe de rock Santana. Est-ce qu'on ressent une certaine pression quand on s'attaque à un tel classique ?

On a adoré la version de Santana, qui ont eux-mêmes repris ce titre ‘Oye Como Va’ originalement produit par Tito Puente. Nous n’avons pas ressenti de pression car on ne voulait pas se comparer à sa version, on voulait la nôtre. Nous avons fait rejouer et rechanter puis on a renforcé son rythme dansant avec notre idée tech-house / house pour le morceau. Nous sommes vraiment contents du résultat qui selon nous donne envie de partir en voyage : prendre un avion pour La Havane, de se commander un mojito bien frais, de faire la fête et tenter quelques pas de danse salsa. On verra ce que le public fera lorsque nous le jouerons sur nos prochaines dates !

A première vue, le rock semble assez éloigné de vos influences house. Est-ce que pour autant c'est un genre musical que vous écoutez ?

Nous écoutons beaucoup plus de rock que vous pouvez imaginer (rires). Nous ne l’avons jamais intégré dans nos productions encore mais peut-être qu’un jour nous le ferons ! Nous n’aimons pas nous limiter à un style, à un genre de musique. Nous trouvons ça frustrant surtout lorsqu’on est producteur. Les gens ont vite tendance à vous dire « ce n’est pas votre style » , « ça ne vous ressemble pas » mais finalement on peut avoir différents styles, on peut avoir une évolution. Dans la vie on ne reste pas toujours le / les mêmes. On grandit, on murit et notre musique va surement changer avec le temps.

Aujourd'hui nous sommes dans une période où certains artistes se veulent de plus en plus productifs et se livrent à une course à la nouveauté. Ce qui n'est pas vraiment votre cas. Est-ce une volonté de votre part de rendre votre temps ?

Nous ne sommes pas les plus rapides niveau production (rires). Mais on essaie de tout produire nous-mêmes et cela demande du temps. On passe par différentes phases : on est sûr et certains d’avoir la bonne idée, la bonne direction à prendre avec un titre puis le lendemain on change complètement d’idée, de titre, etc. On essaie de livrer à nos fans des morceaux dont on est fier et on espère qu’ils le ressentent.

Est-ce qu'il a était difficile de passer à la suite après l'incroyable succès de 'Changes' ?

Ça été la grande surprise cette réaction de la part des gens, ça nous a donné confiance en nous musicalement. On pouvait enfin s’exprimer. Nous avons d’abord découvert les tournées, les DJ-sets, les scènes les plus folles puis on s’est remis à la production. On a toujours une petite pression après avoir produit un titre si gros. Il représente plus de 300 millions de streams, disque d’or dans sept pays et disque de platine dans trois pays. C’est dur de pouvoir égaler, voir même dépasser ce score donc on essaie de ne jamais comparer nos sorties et nos nouveaux titres à ‘Changes’.

'Changes' à été l'un des morceaux emblématique de la vague tropical house que l'on a connu il y a quelques années. Avec le recul, quel est votre regard sur ce mouvement musical et sur son évolution au fil des ans ?

On a adoré la vague tropical house même si à l’époque on ne savait pas ce que c’était et que nous en faisions partis (rires). C’était une très belle époque pas si lointaine que ça. Après comme tous les styles musicaux ils ont leur période et dans la musique il y a des cycles. On a grandi, et notre style musical aussi. On recherche à produire des titres qui sont différents du style tropical house. On aime toujours rajouter cette touche ‘summer’ dans notre musique mais d’une façon différente.

Quelle est la suite pour vous maintenant ?

Depuis notre signature chez Ultra Music, on souhaite se diriger vers de la house / tech house bien dansante. Nous avons sorti déjà ‘Lucky Star’ chez eux et maintenant ‘Oye Como Va’. Avec ce virus qui a mis le monde en pause, on pense que les tournées risquent de ne pas reprendre tout de suite. On va se concentrer sur la production d’autres artistes aussi dans des styles différents, tout en continuant notre projet Faul & Wad.

Commentaires