Focus : dans les coulisses du FCKNYE Festival | DJMAG France - Suisse - Belgique

Rencontre avec Damiano, l’un des organisateurs de FCKNYE, la plus grande fête de Nouvel An organisée cette année à Bruxelles et à Lyon en simultané...

Vous ne savez jamais vraiment trop quoi faire pour fêter le Nouvel An ? Depuis quelques années, le FCKNYE Festival est devenu une destination de choix pour tous les clubbeurs qui cherchent à vivre un réveillon hors-norme. Et pour cause, le 31 décembre ce festival belge réunit au cœur du Palais 12 de Bruxelles, plusieurs milliers de passionnés et quelques dizaines d’artistes de renom autour d’une programmation qui met à l’honneur toutes les variantes de musiques électroniques (techno, hardcore, trance, dubstep, etc) et même le hip-hop. De quoi former un cocktail idéal pour passer un 31 décembre aussi explosif qu’inoubliable.


De base, le public du FCKNYE s’intéresse au moins à deux des styles musicaux présentés...


Avec un succès toujours plus grandissant, cet événement désormais considéré comme « la plus grande fête de Nouvel An en Europe » s’apprête à fêter son dixième anniversaire. Pour l’occasion, ce n’est pas un mais deux FCKNYE Festival qui vous attendent le soir du réveillon. Aux côtés de son édition historique à Bruxelles, le festival se délocalise aussi à Lyon, au cœur du parc des expositions Eurexpo. Et que ce soit en Belgique ou en France, cette année encore le FCKNYE affiche un line-up des plus impressionnants. Amélie Lens, Orelsan, Mandragora, Vald, Radical Redemption, Salut C’est Cool, The Blaze, AZF, Bjarki, Niska, Vladimir Cauchemar ou Billx ; de Bruxelles à Lyon, ce sont plus de 70 artistes qui seront réunis pour célébrer comme il se doit le passage à 2020. Tandis que l’événement approche à grand pas, nous avons pu échanger avec Damiano Fersini, l’un des organisateurs historiques du FCKNYE Festival.

Comment est née l’idée d’organiser un tel festival le soir du réveillon ?

À l’origine, FCKNYE est la version 31 décembre des soirées underground bruxelloises F*ckin’ Beat qui existent depuis 2006. À l’époque, nous avions organisé l’anniversaire d’une amie en y invitant des artistes locaux. L’événement a super bien fonctionné, du coup nous avons remis les couverts quelques mois plus tard en organisant une deuxième soirée puis une troisième, etc... La première F*ckin’New Year’s Eve (FCKNYE) a été organisée le 31 décembre 2010. Les têtes d’affiche étaient Doctor P et DJ Producer. La soirée était séparée en deux plateaux mettant à l’honneur les styles musicaux dubstep, drum’n’bass, breakcore, hardcore. À Bruxelles, c’était innovant pour l’époque d’organiser une soirée sur deux plateaux le soir du réveillon de la Saint Sylvestre. La première édition a été bien reçue. Nous attendions 1500 participants, finalement la soirée en a compté plus de 3000.

Le festival fête en 2019 son dixième anniversaire. Quel est ton souvenir le plus marquant de ces dix années de FCKNYE ?

Pour moi, le souvenir le plus marquant est situé en 2015. Le festival a été organisé à Molenbeek lors du renforcement de sécurité généré par les attentats de Paris. Toutes l’équipe du festival s’est battue pour que la date soit maintenue tout en respectant le renforcement accru de la sécurité. C’était pour nous un acte de résistance, nous ne voulions pas céder à la peur.

Cette année, le festival se tiendra dans deux villes : Bruxelles et Lyon. D’où est venu ce choix de dupliquer le festival dans un second lieu ?

Cela fait un moment que nous voulions faire voyager l’expérience FCKNYE. Il y a quelques années, nous avons fait le pari d’exporter le festival pour ses dix ans. Il n’est pas impossible que FCKNYE soit organisé dans une troisième ville l’année prochaine.

 

 

Qu’est-ce qui vous a motivé à choisir Lyon comme second point d’ancrage ?

Nous aimons la ville et avons de bons contacts avec les coproducteurs du festival à Lyon, Totaal Rez.

Peut-on s’attendre à des surprises pour cette édition anniversaire ?

Oui. Dès 23 h 57 précisément.

Le festival réunit chaque année des artistes et des publics très différents (techno, hardcore, rap, etc.). Comment se passe la cohabitation entre tous ces différents univers musicaux ?

La cohabitation est plutôt naturelle car, de base, le public du FCKNYE s’intéresse au moins à deux des styles musicaux présentés. Chaque année, lors de la sortie des horaires de passages, nous questionnons le public sur ses choix. Nous ne sommes plus étonnés de lire que le public s’intéresse au rap, à la techno et au hardcore.

 

 

Est-il difficile de réunir un tel line-up et autant d’artistes prestigieux le soir du Nouvel An ?

Oui, c'est difficile sur cette date. Soit les artistes préfèrent s’amuser et ne pas se produire le soir du 31 décembre, soit ils sont hyper demandés dans le monde entier. Dans les deux cas, la programmation du festival est un travail de longue haleine qui demande près d’une année de discussion pour en arriver au résultat final.

Quels sont les artistes que vous voudriez voir jouer sur la scène du FCKNYE ?

Die Antwoord, Skrillex, Booba, Borgore, Andy C, Venetian Snares.

Que peut-on souhaiter à FCKNYE pour les dix prochaines années ?

Que le public continue d’y vivre des moments gravés à jamais !

Commentaires