On a vu ‘Iris’, le space opera de Justice | DJMAG France - Suisse - Belgique

Justice débarque au cinéma le 29 août pour une séance unique de son space opera : ‘Iris’. Une oeuvre présentée en avant-première ce lundi 17 août.

Justice ne fait décidément rien comme tout le monde. Après ‘Woman Worldwide’, album hybride à mi chemin entre le Live et l’album studio, récompensé par un Grammy Award, le duo revient avec ‘Iris’, un mystérieux space opera diffusé le 29 août prochain dans une centaine de salles en simultané. Dévoilé en avant-première mondiale lors du festival américain SXSW en mars, annoncé par un teaser particulièrement alléchant, cet objet cinématographique non identifié a été présenté à quelques privilégiés ce lundi 17 juin. L’excitation était donc de mise à l’idée de découvrir cette nouvelle proposition artistique de Justice, dont on connaît le soin tout particulier en ce qui concerne la mise à l’image. N’oublions pas que Xavier de Rosnay et Gaspard Augé furent graphistes, avant d’exploser au sein de l’écurie Ed Banger

Une fois les lumières de la salle éteintes, les spectateurs sont embarqués pour une heure d'un Live très proche de celui présenté lors du ‘Woman World Tour’. Mais ici, la scénographie et les cascades de LEDs deviennent un objet esthétique en soit, appelant à la contemplation plus qu’à la danse (même si rien ne vous empêche de vous lever de votre siège, à part peut-être votre voisin de derrière). Confié à André Chemetoff et Armand Beraud, ‘Iris’ se veut une création hybride, quelque part entre le concert et le clip. A l’instar du Live de Pink Floyd à Pompéii (auquel fera référence Xavier de Rosnay à l’issu de la projection), la musique et son environnement ne font qu’un, se nourrissent et se subliment l’un l’autre. Si la bande de David Gilmour avait choisi les ruines antiques pour donner corps à son rock aérien, Justice se fond dans un décor de vaisseau spatial à propulsion analogique, dont le tableau de bord aurait été remplacé par des synthés et tables de mixage. C’est dans ce déluge de lumières et de technologie que les cameras des deux réalisateurs évoluent, glissent dans des travelling somptueux donnant aux spectateurs une impression d’apesanteur, loin des montages épileptiques qui sont généralement l'apanage des Live électro. Le sol, recouvert de panneaux réfléchissants, offre à la scène une profondeur et une symétrie hypnotisante. Nul besoin de foule en délire ni de trame narrative, sinon celle de la musique, pour captiver une heure durant.

Avec cette vidéo à gros budget, Justice repense l’expérience du Live, la transforme en une oeuvre artistique à part entière. Rendez-vous le 29 août en salles pour découvrir ce space opera d’un genre nouveau, précédé lors de sa diffusion d’un making of inédit de 30 minutes.

Articles en relation

Vidéos en relation

Commentaires